PETITION CONTRE LE DESENGAGEMENT DE L’ETAT FACE AUX SITUATIONS D’URGENCE SOCIALE signer maintenant

Dans un contexte social où l’humain passe au second plan derrière les logiques économiques, le SamuSocial de Paris se voit imposer des restrictions budgétaires limitant ses missions de façon drastique.
En effet, l’instauration de quotas d’entrée sur le dispositif d’urgence 115 a eu pour résultat de réduire presque à néant l’accès à une prise en charge pour les familles demandant une mise à l’abri, accentuant ainsi leur détresse et leur précarité, alors même que ce dispositif constituait pour elles le dernier filet de sécurité (certes imparfait) de notre société.

Alors que les usagers seuls ou en couple étaient déjà affectés par le manque de places dans les centres d’hébergements d’urgence, les familles étaient jusque ici prises en charge de manière presque inconditionnelle, afin de garantir la protection de l’enfance et la prise en compte de situations souvent dramatiques.
Or depuis un mois, c’est 40 à 70 personnes, soit une quarantaine d’enfants en moyenne, qui dorment dehors suite à la mise en place de ces quotas. Aujourd’hui, si l’urgence tend à s’installer, c’est bien que la réinsertion de ces familles vers le logement intermédiaire ou social est encore trop limitée, voire inaccessible. Une réduction brutale des moyens alloués au dispositif d’hébergement d’urgence du 115 réduit le nombre de personnes prises en charge en les excluant du dispositif, alors que notre mission consiste à protéger ce public isolé et fragilisé. Plutôt que sur les économies à court terme, les efforts devraient être concentrés sur une réelle politique de lutte contre la précarité en développant les dispositifs de prévention, d’insertion et la mise en place de solutions adaptées (ce qui n’est pas non plus le cas de la prise en charge hôtelière). Tant que celles-ci ne sont pas encore opérantes, il conviendrait de maintenir au moins le minimum qui était jusque là assuré : la mise à l’abri.

Face au peu de considération dont bénéficient les personnes les plus fragiles et en difficulté de notre société, il est de notre responsabilité à nous, travailleurs sociaux, assistantes sociales, éducateurs, écoutants sociaux et autres professionnels du social ou simples citoyens solidaires,

- de contester cette logique du chiffre appliquée à l’humain

- d’alerter sur la mise en danger des individus qu’impliquent les restrictions imposées Samusocial de paris ainsi qu’à tous les domaines du travail social

- d’exiger un travail de fond et une vision sur le long terme concernant le sort de ces familles et l’insertion des publics en situation de grande précarité

Nous espérons que ces revendications seront entendues et ne resterons pas sans réponses.

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login, sinon effectuez l'inscription et signez en saisissant les champs ci-dessous.
Votre e-mail et votre mot de passe seront les données de votre compte, vous pourrez ainsi signer d'autres pétitions après avoir effectué le login.

Vie privée dans les moteurs de recherche? Vous pouvez utiliser un pseudo:

Attention l'e-mail doit être correct afin de pouvoir valider votre signature, dans le cas contraire elle sera annulée.

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Babillard

Qui a signé cette pétition a également vu ces campagnes:

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login

Commentaire

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Objectif signatures
323 / 5000

Signatures Récentes

voir toutes les signatures

Informations

Tags

Aucun tag

Partager

Invitez les amis de votre rubrique

Codes Pour L'incorporation

URL direct

URL pour html

URL pour forum sans titre

URL pour forum avec titre

Widgets