Non au démantèlement de la filière de formation des professeurs de Physique-Chimie sur Grenoble signer maintenant

Non au démantèlement de la filière de formation des professeurs de Physique-Chimie sur Grenoble

 

 

L'Université Joseph Fourier semble avoir fait son choix, la filière de formation des professeurs de physique-chimie du secondaire n'existera plus en 2013-2014. Cette décision tardive place certains étudiants dans des situations délicates pour l'année prochaine. Il s'agit par ailleurs d'une perte de formation pour Grenoble dans la filière physique-chimie, filière pour laquelle il semblerait y avoir une volonté de destruction.

 

 

Cette fermeture brutale de la filière de formation des professeurs de physique-chimie du secondaire, après celle de la préparation à l’agrégation marque la disparition totale de la formation des professeurs de Physique-Chimie à l'Université de Grenoble.

Ceci place les étudiants actuels dans une situation délicate puisqu'ils ne pourront pas finir leur formation sur Grenoble ! La brutalité de cette décision, tombant quelques semaines avant les épreuves du concours CAPES, laisse peu de temps aux étudiants pour s'organiser en toute sérénité. Des étudiants d'autant plus surpris par cette fermeture que, lors de leur inscription, la mention « admis avec garantie d'accès à une poursuite d'études dans la spécialité de M2 exprimée » était clairement indiquée. Il s'agit également d'un réel déni du travail de l'équipe pédagogique qui travaille d'arrache-pied depuis Novembre pour mettre en place, dans des délais très courts, une nouvelle maquette de master adaptée aux nouvelles modalités du concours de recrutement des professeurs du secondaire.

Il est assez étrange que Grenoble, centre de l'Académie, abandonne la formation des professeurs de physique-chimie alors qu'elle possède de grands atouts pour assurer une formation de qualité aux futurs enseignants de cette discipline. Avec des infrastructures scientifiques de grande qualité, de nombreux laboratoires, des bibliothèques riches, Grenoble possède tout le nécessaire pour permettre aux futurs professeurs de se construire une culture scientifique solide. À cela s’ajoutent des lieux permanents de culture, des événements et un dynamisme, éléments qui contribuent à former des professeurs munis d'une bonne culture générale et d'une grande ouverture d'esprit. Tous ces aspects non purement disciplinaires favorisent l'émergence de professeurs innovants. De plus, on peut craindre une fuite des étudiants de l'Académie de Grenoble vers l'Académie de Lyon. En effet, Lyon est une grande ville dynamique riche d'une université scientifique et de laboratoires de recherche la rendant plus attractive pour les étudiants que Chambéry, lieu visiblement retenu pour la formation des professeurs de physique-chimie dans l'Académie de Grenoble. Cette fuite constituerait une grande perte pour notre Académie.

 

L'abandon des formations de professeurs (agrégation ou CAPES) s'accompagne des abandons, les années précédentes, des masters de Physique-Chimie et de Chimie physique (spectroscopie), et mène à une disparition complète et définitive des formations au niveau master alliant physique et chimie sur Grenoble.

Que restera-t-il sur Grenoble pour un étudiant avec une licence de Physique-Chimie ? Aucune formation post-licence en Physique-Chimie ne sera possible, seuls des masters ultra-spécialisés en Physique OU Chimie existeront.

 

Pourquoi vouloir maintenir une filière physique-chimie à un niveau master ? Ces deux disciplines sont intimement intriquées l'une dans l'autre. La recherche demande des femmes et des hommes capables de s'adapter d'un paradigme à un autre. Physique et chimie ne sont que des facettes d'une seule et même discipline, ces facettes étant adaptées à la résolution de problèmes particuliers.

Des étudiants formés en physique ET en chimie, par leur pluridisciplinarité, embrassent des points de vue différents et sont capables d'apporter de nouvelles façons d'aborder un problème pour y apporter une solution innovante. De tels étudiants ont une plus grande capacité à imaginer des raisonnements non-classiques, en mélangeant les deux points de vue, et sont capables de faire émerger la nouveauté. Par leur culture générale, ils sont capables de faire des liens entre des domaines d'apparence disjoints et ainsi d'innover par des raisonnements jusqu'alors non-imaginés.

Ce choix d'abandonner la filière physique-chimie n'est pas motivé par un intérêt pédagogique, mais par un calcul de retour sur investissement. La volonté des Universités de Grenoble d'avoir un rayonnement à l’échelle mondiale leur demande d'obtenir une bonne place dans le classement de Shanghai, ce qui les amènent à réaliser des choix visant de meilleurs résultats dans celui-ci. Les choix pédagogiques deviennent donc pilotés par un raisonnement de rentabilité entre les coûts et les gains vis à vis du classement. Une formation de professeurs, utiles uniquement pour la nation qui les forme, rapporte en effet bien peu de points dans un tel classement international – les professeurs n'écrivant aucune publication scientifique et la formation étant, par sa spécificité, sans intérêts pour des étudiants étrangers. Avec son faible rendement à l’international, elle est donc abandonnée au profit d'autres formations plus rentables. Néanmoins, maintenir ce master de formation des enseignants à Grenoble assure à l'UJF une promotion dans le classement de Shanghai étant donné que l'ensemble des étudiants sortant de ce master ont un travail à la fin de celui-ci. Un taux de 100 % d'étudiants insérés dans la vie active est un élément qui compte dans un classement international et peu de masters peuvent offrir un tel taux.

 

Jusqu'à présent, Grenoble assumait son rôle de formation des futurs professeurs de physique-chimie, professeurs qui préparaient les futurs étudiants à aborder sereinement l'Université. Elle décide aujourd'hui de délaisser cette mission de façon brutale et injustifiée.

 

Nous pensons qu'il est vraiment dommageable de ne pas profiter de la richesse qu'offre Grenoble pour la formation des professeurs du secondaire en physique-chimie.

 

Nous voulons que l'Université de Grenoble, centre de l'Académie, continue à assumer son rôle en formant des professeurs de physique-chimie compétents.

 

Nous aimerions connaître les réelles raisons de cette décision brutale de suppression de filière, mais également terminer sereinement notre formation sur Grenoble.

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login, sinon effectuez l'inscription et signez en saisissant les champs ci-dessous.
Votre e-mail et votre mot de passe seront les données de votre compte, vous pourrez ainsi signer d'autres pétitions après avoir effectué le login.

Vie privée dans les moteurs de recherche? Vous pouvez utiliser un pseudo:

Attention l'e-mail doit être correct afin de pouvoir valider votre signature, dans le cas contraire elle sera annulée.

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Babillard

Qui a signé cette pétition a également vu ces campagnes:

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login

Commentaire

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Objectif signatures
270 / 1000

Signatures Récentes

voir toutes les signatures

Informations

Tags

college, education, grenoble, lycée, professeurs, universite

Partager

Invitez les amis de votre rubrique

Codes Pour L'incorporation

URL direct

URL pour html

URL pour forum sans titre

URL pour forum avec titre

Widgets