Manifeste des étudiants pour l'accessibilité à l'éducation signer maintenant

Nous, professionnels de demain, nous opposons à la marchandisation de l’éducation.

Sur les bancs d’école, nous avons appris que le droit à l’égalité est fondamental. Nous avons fait nos devoirs, appris notre histoire. Dans les années 60, en pleine révolution tranquille, le Québec a défini ses valeurs et nous refusons aujourd’hui de balayer du revers de la main les acquis du passé. L’heure est venue de se tenir debout et de se défendre devant l’arrogance du gouvernement.

Nous avons compris qu’il ne s’agit pas seulement d’un mouvement étudiant, mais aussi d’un mouvement social. Nous sommes tous touchés par la hausse. Bien que l’éducation soit un investissement personnel rentable sur plusieurs plans, les avantages qu’en retire la société sont nettement supérieurs. Une société éduquée génère des impôts plus élevés et paie plus de taxes en plus de procurer une main d’œuvre qualifiée aux entreprises de pointe. De plus, une société éduquée est une société qui consomme et produit la culture, qui est plus en santé, qui a un sens critique plus développé et qui est plus juste. L’éducation est un facteur essentiel au développement de la société. Elle n’est pas une dépense, mais un investissement.

Ainsi, nous croyons que la hausse favorise les inégalités sociales. Le gouvernement doit honorer sa participation au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels qui stipule que « l'enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l'instauration progressive de la gratuité ». L’éducation doit demeurer un droit.

Nous croyons qu’une société ne se bâtit pas sur l’endettement chronique de sa jeunesse. En plus d’accroître l’endettement moyen des étudiants, la hausse aura aussi pour effet d’augmenter le nombre d’étudiants endettés. La solution du gouvernement, qui consiste à compenser la hausse par une augmentation de l’aide financière aux études, est irrecevable parce qu’elle n’est pas assez substantielle pour combler les effets à grande échelle de cette hausse. Seuls les étudiants ayant déjà droit à l’aide financière aux études seront touchés par cette mesure, la pression engendrée par la hausse des droits de scolarité devra être amortie par la classe moyenne.

Nous croyons que les universités doivent revoir leur façon de gérer leurs coffres, le problème n’étant pas un manque d’argent mais bien une mauvaise répartition budgétaire. Les priorités se sont progressivement transformées, délaissant de plus en plus l’enseignement et la recherche fondamentale au profit de la publicité, de la recherche favorisant le privé et de l’insatiabilité de la bureaucratie. Le problème de financement des universités est avant tout une question de choix.

Nous croyons que le gouvernement perd en crédibilité lorsque d’une part, il met en place des mesures pour permettre à des compagnies étrangères de s’enrichir en distribuant les ressources des québécois et que d’autre part, il demande aux étudiants et à la classe moyenne de faire des sacrifices substantiels. Les étudiants et les contribuables ne doivent pas payer pour la mauvaise gestion du gouvernement et des universités.

Pour défendre la persévérance et l’ambition des étudiants qui restent debout malgré la pression sociale et politique ; pour montrer que le mouvement étudiant a la force et la fougue d’exprimer ses convictions; nous croyons que la grève est la voie de la résistance. Elle permet aux étudiants de se mobiliser et d’entreprendre des actions symboliques en plus d’obtenir une couverture médiatique importante qui informe la population. Historiquement, les luttes étudiantes qui ont débouché sur des grèves générales sont les seules qui ont porté fruit parce qu’elles coûtent cher au gouvernement. En plus d’engendrer des problèmes logistiques coûteux, l’allongement de la session empêche les entreprises qui embauchent la main d’œuvre étudiante de fonctionner normalement. La grève produit des perturbations économiques importantes. C’est là que réside tout son pouvoir.

Nous, professionnels de demain, dénonçons une injustice intergénérationnelle et réclamons un débat de société sur une question que nous jugeons fondamentale : le développement de chacun selon son plein potentiel au sein d’une société juste et équitable.

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login, sinon effectuez l'inscription et signez en saisissant les champs ci-dessous.
Votre e-mail et votre mot de passe seront les données de votre compte, vous pourrez ainsi signer d'autres pétitions après avoir effectué le login.

Vie privée dans les moteurs de recherche? Vous pouvez utiliser un pseudo:

Attention l'e-mail doit être correct afin de pouvoir valider votre signature, dans le cas contraire elle sera annulée.

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Babillard

Qui a signé cette pétition a également vu ces campagnes:

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login

Commentaire

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Objectif signatures
17 / 1000

Signatures Récentes

Informations

Tags

accessibilité, droits, education, étudiants, grève, hausse, scolarité, société

Partager

Invitez les amis de votre rubrique

Codes Pour L'incorporation

URL direct

URL pour html

URL pour forum sans titre

URL pour forum avec titre

Widgets