Arrêtez les répressions contre les organisations étudiantes en Russie ! signer maintenant

À l’administration de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg de la part de la section russe de l’Amnesty International (France), de la part des étudiants russes, français, italiens, américains, autrichiens.

L’autogestion étudiante est aujourd’hui absente en Russie. Même la simple cogestion reste un rêve des étudiants russes, l’administration universitaire ayant peur de toute forme d’auto-organisation de base. Et pourtant, les conditions de vie des étudiants dans ce grand pays restent effrayantes : pour sa bourse de maximum 40 euros par mois un étudiant russe peut difficilement se nourrir et se déplacer. Les logements étudiants sont quasiment inaccessibles. L’administration dit qu’il n’y reste plus de places, les chambres étudiantes étant illégalement louées aux touristes ou aux travailleurs immigrés.

Les méthodes de KGB s’installent dans les universités russes : fin février 2011, le procureur de Saint-Pétersbourg a demandé au Recteur de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg de présenter dans les plus brefs délais les listes d’étudiants qui avaient au moins une fois participé aux manifestations d’extrême gauche, qui se disent anarchistes, antifascistes ou qui appartiennent à une « sous-culture ».


Pourtant, malgré cette ambiance stalinienne d’aseptisation politique des universités, les premières initiatives d’autogestion étudiante apparaissent en Russie. Ainsi, en 2011 les étudiants en lettres de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg ont fondé le Conseil des Etudiants « StudSovet.org » qui vise à corriger la politique administrative de l’Université et à lutter pour les droits des étudiants les plus basiques comme le droit au logement, à la nourriture, aux bourses. StudSovet.org a déjà gagné plusieurs causes : la possibilité d’accéder à la cité U 24 heures sur 24, le wifi dans les chambres étudiantes, la baisse des prix dans les RU, la facilitation de certains procédés bureaucratiques, notamment l’obtention de différents justificatifs et l’invitation des parents ou des amis dans les chambres à la Cité U.

Cependant, l’administration de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg créée toute sorte d’obstacles pour freiner et censurer le fonctionnement de StudSovet.org. L’administration pense que si elle ne peut pas supprimer les organisations d’autogestion étudiante, elle doit les gérer elle-même. Vice-recteur de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg, BOGDANOV Sergey Igorevitch a refusé d’accepter le règlement de StudSovet.org qui a été voté par les élus étudiants le 9 mars 2011. En revanche, le 22 mars il a présenté aux étudiants son propre règlement, « légitime » et « correspondant aux normes d’administration de l’Université ». Ce règlement peut être corrigé seulement par l’administration et jamais par les étudiants.

Selon BOGDANOV, une organisation d’autogestion étudiante ne peut pas être indépendante des décisions de l’administration universitaire. Il s’agit donc d’une verticalisation des initiatives de base ce qui représente en soi un oxymore kafkaïen. Dans ce nouveau règlement l’accent est mis sur la fonction « culturelle » et ne pas sur la vocation politique de StudSovet. Parmi les « obligations » de StudSovet selon BOGDANOV il faut surtout souligner « le renforcement du control et de la discipline dans les locaux universitaires et aux cités U ».

Ce comportement de l’administration de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg entre en contradiction avec la Déclaration de Budapest de la Convention Européenne des Etudiants (« European Students’ Convention ») dont un des articles dit: « Participation des étudiants (à la vie universitaire) ne peut pas être une forme symbolique de la politique et des décisions légitimes ».

Nous demandons à l’administration de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg d’accepter la légitimité des initiatives étudiantes réellement indépendantes et réellement autogestionnaires, qui ne sont pas soumises aux ordres des bureaucrates universitaires ! Nous demandons également d’arrêter les répressions de StudSovet.org et d’accepter son règlement initial pensé, écrit et voté par les étudiants ! Nous demandons d’arrêter les politiques de flicage sur les facs : les étudiants ne sont pas extrémistes, l’Université n’est pas un KGB ! Non à la bureaucratisation, oui à l’autogestion !

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login, sinon effectuez l'inscription et signez en saisissant les champs ci-dessous.
Votre e-mail et votre mot de passe seront les données de votre compte, vous pourrez ainsi signer d'autres pétitions après avoir effectué le login.

Vie privée dans les moteurs de recherche? Vous pouvez utiliser un pseudo:

Attention l'e-mail doit être correct afin de pouvoir valider votre signature, dans le cas contraire elle sera annulée.

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Babillard

Qui a signé cette pétition a également vu ces campagnes:

Signez La Pétition

Signe avec Facebook
O

Si vous possédez déjà un compte effectuez le login

Commentaire

Je confirme l'inscription et j'accepte Utilisation et limitations des services

Je confirme avoir lu la Politique de confidentialité

J'accepte le Traitement des données personnelles

Objectif signatures
3 / 5000

Signatures Récentes

Informations

Ksenia ERMOSHINAPar :
Ecole et enseignementIn:
Destinataire pétition:
Administration de l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg, Ministère de l'Education de la Fédération de Russie

Partisans officiels de la pétition:
Amnesty International France (section russe)

Tags

amnesty interantional, autogestion, autonomie, étudiant, étudiants, kgb, repressions, russie, studsovet, université

Partager

Invitez les amis de votre rubrique

Codes Pour L'incorporation

URL direct

URL pour html

URL pour forum sans titre

URL pour forum avec titre

Widgets