Wireless Technologies: For an Informed and Responsible Debate Guided by Sound Science / Technologies radiofréquences : pour un débat responsable et éduqué guidé par la démarche scientifique sign now

(A French version will follow)

Open Letter to the Public

We are a group of scientists and engineers who are concerned about the perception of health risks from electromagnetic radiation in the frequency range 3kHz to 300GHz (henceforth called “radiofrequencies” and/or RF) in Quebec and elsewhere in the world. We lament that the real social issues regarding the use of radiofrequency communication systems have been overshadowed solely by the question of their alleged health effects.

We believe that the fear of wireless technologies is based primarily on i) a misunderstanding of the nature of radio waves and their interaction with the human body, ii) a misreading of the scientific literature on this subject, and iii) a distrust of local, national and international public health organizations. It is desirable that important national political and economic decisions be based on careful consideration of the scientific evidence and should not be made in a climate of fear. We are addressing this open letter to the public in the hope that it will contribute to a real understanding of this issue and allow the real debate to progress in a responsible way, guided by the scientific method.

Since the beginning of 2012, the subject of the effects of radiofrequencies on health has been omnipresent in the mass media in Quebec and Canada . Public perceptions have been exacerbated by the announcement by Hydro-Québec of its plan to install 3.8 million so-called “smart meters” in Quebec households. These meters operate in the microwave spectrum at frequencies close to those emitted by cell phones and wireless routers (WiFi) . As for the intensity of these emissions, Hydro-Québec certifies that it is approximately 100,000 times lower than Canadian safety standards . Meanwhile, a number of activist groups continue to proclaim far and wide that smart meters represent a significant public health risk. A petition seeking a moratorium on the installation of these meters, submitted to the National Assembly in January 2012, received approximately 10,000 signatures . The proponents of this moratorium are hoping to emulate the county of Santa Cruz California , which on January 25, 2012 decreed a moratorium of one year on the installation of smart meters.

The main arguments that have appeared in the mass media against the installation of smart meters are the following. We report them in good faith, yet we disagree with them.

I. Some studies show that the use of cell phones increases the risk of brain cancer. In addition, the International Agency for Research on Cancer (IARC) classifies radiofrequency electromagnetic fields under category 2B as possibly carcinogenic to humans. Therefore it is best to use the precautionary principle and reduce our exposure to radio waves.
II. Certain individuals claim to suffer various health problems (stress, headaches, insomnia, heart flutter, etc.) due to the presence of RF in their immediate surroundings. This condition is commonly known as electromagnetic hypersensitivity. It is suggested that this condition will become much more widespread with the installation of smart meters.
III. The existing safety standards do not take into account biological effects other than heating of tissues close to the source of EMF. Furthermore they do not take into account the cumulative effects from long term exposure to RF.
IV. Contrary to cell phones and WiFi devices, individuals have no control over the emissions from smart meters, which occur up to 1500 times per day for 0.06 seconds at a time (that is a total of about 90 seconds per day). Furthermore, Hydro-Québec measures only the average intensity of the RF instead of peak intensity, which is much higher.
V. The decision to deploy the meters was made without a public debate, and notably, without a hearing before Quebec’s Board of public hearings (Bureau d’audiences publiques du Québec (BAPE)).

The actions and claims of several anti-RF groups are based in whole or in part on the above arguments. As scientists and engineers, we would like to explain certain important facts about the scientific process and scientific publications. It is true that a certain number of scientific studies have reported results that support each of the above points. But the publication of such results, even in a peer-reviewed journal, in no way constitutes proof of their validity. Such papers will often provoke a scientific debate in which other researchers attempt to replicate the results. It is only after experimental results have been confirmed by several independent research groups that a consensus eventually emerges in the scientific community.

Based on current scientific knowledge, the following counterarguments to the points listed above can be made:

1) In response to I) : Taken globally, the thousands of epidemiological and experimental studies do not show an increase in cancer rates or any other deleterious effect following exposure to radiofrequencies at intensities equivalent or lower to those emitted by cell phones. A few studies directly linking cancer and radiofrequencies have been published , but are heavily criticized by the scientific community and have yet to be reproduced independently. Moreover, despite the growing use of cell phones, the incidence rate of brain tumors has remained stable over the years. This point has been discussed in detail in the reports by the World Health Organisation (WHO) , the Agence française de santé et sécurité dans l’environnement de travail (AFSSET) and, closer to home, in the Public health opinion released by the Ministère de la santé et des services sociaux du Québec (MSSS) on March 16th 2012 .
2) In response to II) : The WHO, Health Canada and the MSSS have also issued clear statements on the issue of electromagnetic hypersensitivity; namely that this condition exists, but may be due to anxiety about exposure to RF, and not a verifiable effect on the body , . Furthermore, there is no solid evidence that any individual, in a double blind test, is capable of detecting the presence of RF by its effect on the body.
3) In response to III) : In biophysics, there is no established mechanism by which RF can induce an effect in human tissues other than heating (thermal effects). Unlike ionizing radiation (X-rays, UV, gamma rays), there is no physical evidence that chemical or physical damage from radiofrequency is “bio-accumulated”.
4) In response to IV) : The relevant intensity level measurement in the case of smart meters is the average intensity. Any other measurement, such as the peak intensity or the total number of emissions, confers an alarmist bias. Furthermore, we consider that if a debate should take place, it should focus exclusively on the effects of cell phones on health. Even though the level of exposure from these devices is also low, it is orders of magnitude greater than the sum of all the other sources of EMF in the urban environment (IARC EMF Exposure Data http:// monographs.iarc.fr/ENG/Publications/REF_Poster2012.ppt).
5) In response to V) : In the case of smart meters, our opinion that a moratorium and a public inquiry focusing on the effect of RF on health on health will accomplish little more than repeat what has already been said elsewhere : that is no clear link between exposure to radiofrequencies (within existing safety standards) and any health effects whatsoever . We are even more concerned that a moratorium on smart meters based on health issues, will lead by direct analogy, to a moratorium on WiFi in the urban environment. In effect, if smart meters are banned, WiFi, cellular handsets, radio and TV antennae should logically also be banned since these devices emit at similar or higher intensity levels and frequencies than the meters. We believe that such measures constitute a major backward socioeconomic step with no significant benefit for public health or the environment.

Finally, we believe that the current debate on the link between radiofrequencies and human health hides the real issues underlying the deployment of the new smart meters. These issues are, in our opinion, of an economic, political and technical nature: 1) prove beyond a doubt the cost-effectiveness of the project in Quebec, 2) convince the population that the installation of new meters will not translate into an increase in the cost of electricity for the taxpayers, and 3) ensure that the quality, durability, and safety (from piracy) is sufficient to justify the endeavor. We leave to other experts the task of answering these key questions as they are clearly out of the scientific realm.

We sign this document in good faith and encourage our colleagues from abroad to reproduce this initiative in their own countries, as this debate concerns not only Quebec or Canada, but the whole world.

To support and sign this open letter: You can sign this open letter by clicking on the following link: Technologies radiofréquences : pour un débat responsable et éduqué guidé par la démarche scientifique.

Note to signatories: Please sign the French version of this letter. Please declare any conflict of interest with Hydro-Québec or the wireless communications industry by putting an asterisk (*) beside your name. The definition of conflict of interest for this letter is the following:

A conflict of interest with Hydro-Québec or a company in the telecommunications sector (referred to below as: “this industry”), is defined as any person:

• Receiving any type of compensation from this industry
• Receiving directly or indirectly research contracts, research subsidies, or paid technical support from this industry
• Acting, even on an unpaid basis, on the Board or as a Director for any company in this industry


Nous formons un groupe de scientifiques et d’ingénieurs préoccupés par la perception des dangers pour la santé des ondes électromagnétiques dont les fréquences sont comprises entre 3 kHz et 300 GHz (ci-après nommées « radiofréquences ») au Québec et ailleurs dans le monde. Nous déplorons que les véritables enjeux pour la société concernant l’utilisation des systèmes de communication radiofréquences soient occultés par l’unique question des soi-disant effets de ces ondes sur la santé.

Nous croyons que les craintes suscitées par les radiofréquences sont basées principalement sur i) une méconnaissance de la nature de ces ondes et de leurs interactions avec le corps humain, ii) une mauvaise lecture de la littérature scientifique sur le sujet, et iii) une méfiance envers les organismes locaux, nationaux et internationaux de santé publique. Il serait dommage que des décisions politiques ou économiques importantes pour notre nation soient prises dans un climat de peur plutôt que suite à un raisonnement scientifique posé. C’est pourquoi nous espérons que cette lettre ouverte contribuera à ramener la perception du danger posé par ces ondes au niveau de leurs dangers réels afin de permettre au débat de progresser de manière responsable, éclairé par la démarche scientifique.

Depuis le début de l’année 2012, le sujet des effets des radiofréquences sur la santé est omniprésent dans les médias québécois . Les préoccupations latentes de nos concitoyens ont été exacerbées par l’annonce d’Hydro-Québec de l’installation imminente de 3,8 millions de compteurs dits « intelligents » dans les foyers québécois. Ces compteurs émettent à des fréquences très proches de celles utilisées par les téléphones cellulaires et les routeurs sans fil (WiFi) . Quant aux intensités d’émission, Hydro-Québec certifie qu’elles sont environ 100 000 fois inférieures aux normes canadiennes . Et pourtant, plusieurs regroupements citoyens continuent de clamer haut et fort les dangers de ces compteurs pour la santé. Une pétition souhaitant un moratoire sur l’installation des compteurs intelligents, déposée à l’Assemblée nationale du Québec, a recueilli environ 10 000 signatures en janvier 2012 . Ceux qui proposent ce moratoire souhaitent ainsi emboîter le pas au comté de Santa Cruz , en Californie, qui le 25 janvier 2012 a décrété un tel moratoire pour une durée d’un an sur l’installation de compteurs intelligents dans les foyers.

Les principaux arguments contre l’installation des compteurs intelligents, tels que relevés dans les médias et ayant trait à leurs soi-disant effets sur la santé, sont les suivants. Nous les rapportons de bonne foi, mais nous sommes en désaccord avec ceux-ci.

I) Certaines études montrent que l’usage du téléphone cellulaire augmente les risques de cancer du cerveau chez l’utilisateur. De plus, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) classe les ondes électromagnétiques dans la catégorie 2B, soit possiblement cancérogènes pour l’homme. Ainsi, il vaudrait mieux employer le principe de précaution et réduire nos expositions à ces ondes.
II) Certaines personnes rapportent des problèmes de santé (stress, maux de tête, insomnies, palpitations cardiaques) qu’ils attribuent à la présence de radiofréquences dans leur entourage. On appelle communément cette condition l’hypersensibilité électromagnétique (HSEM). On avance qu’elle pourrait devenir beaucoup plus fréquente avec l’installation des compteurs intelligents.
III) Les normes de sécurité actuelles ne prennent pas en compte les effets biologiques non thermiques, c'est-à-dire les effets autres que le simple échauffement des tissus suite à une exposition aux ondes. Ils ne tiennent pas compte, non plus, des effets d’accumulation dans le corps pour une exposition à long terme aux radiofréquences.
IV) Contrairement à un téléphone cellulaire ou à un routeur sans fil, les citoyens n’ont aucun contrôle sur les compteurs intelligents qui émettraient des ondes jusqu’à 1500 fois par jour pendant 0,06 s à chaque fois (soit environ 90 s d’émission totale par jour). De plus, Hydro-Québec ne mesure que les intensités moyennes du rayonnement et ne se préoccupe pas des intensités de pointe (peak) qui sont beaucoup plus élevées;
V) La décision d’imposer des compteurs a été prise sans véritable débat de société et notamment sans la participation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) ou de commissions d’études indépendantes.

Les actions et revendications de plusieurs groupes citoyens se basent en partie ou en totalité sur ces arguments. En tant que scientifiques, nous nous devons ici de rappeler des faits importants sur la démarche scientifique et le processus de publication chers à nos disciplines. Il est vrai que, dans chacun des cas susmentionnés, un certain nombre de publications scientifiques rapportent des observations préoccupantes, mais cela n’élève aucunement ces observations au rang de preuve. La publication par un ou plusieurs chercheurs d’une étude dans une revue avec comité de lecture ne constitue pas la preuve d’un effet. Elle ne marque pas non plus la fin d’un débat scientifique, mais bien son commencement. Ce n’est qu’après la réplication subséquente des résultats expérimentaux par plusieurs scientifiques indépendants qu’un consensus peut progressivement naître dans la communauté.

Quant aux arguments présentés ci-dessus, les expertises diverses que nous représentons nous permettent d’y répondre point par point :

1. En réponse à I) : Les milliers d’études réalisées, tant épidémiologiques qu’expérimentales chez l’humain, ne montrent pas de hausse des cas de cancer suite à l’exposition aux radiofréquences de faibles intensités, c'est-à-dire à des intensités égales ou inférieures à celles émises par les téléphones cellulaires. Quelques études ponctuelles révélant un lien direct entre radiofréquences et santé ont été publiées, mais elles sont sévèrement critiquées par la communauté scientifique et n’ont pas encore été répliquées de manière indépendante. De plus, malgré un usage croissant du téléphone cellulaire, l’incidence globale du cancer du cerveau n’a pas augmenté au cours des dernières années. Ces points ont été largement discutés dans les rapports de l’OMS , par l’Agence française de santé et sécurité dans l’environnement de travail (AFSSET) et, plus près de chez nous, dans l’avis de Santé Publique émis par le Ministère de la santé et des services sociaux du Québec (MSSS) le 16 mars 2012 .
2. En réponse à II) : L’OMS et le MSSS ont aussi émis des avis clairs en ce qui concerne l’hypersensibilité électromagnétique, à savoir que la condition existe, mais qu’elle provient de l’anxiété suscitée par l’existence des sources de radiofréquences dans l’environnement proche de la personne et non par un effet vérifiable des ondes sur le corps , . Il n’existe pas non plus de preuve convaincante que quiconque soit capable, dans un test à l’aveugle, de reconnaître la présence de ces ondes par leurs effets sur leur corps.
3. En réponse à III) : En biophysique, il n’existe aucun mécanisme établi par lequel une onde radiofréquence pourrait induire un effet néfaste sur les tissus humains autre que par chauffage (effets thermiques). De plus, contrairement aux rayonnements ionisants (rayons X, UV, gamma), il n’existe aucune indication que le rayonnement radiofréquence entraîne des dommages chimiques ou physiques qui soient « bioaccumulables ».
4. En réponse à IV) : La mesure d’intensité à préconiser dans un cas comme celui-ci est la mesure de l’intensité moyenne d’exposition. Toute autre approche, comme la mesure de l’intensité de pointe ou le nombre absolu d’impulsions, confère un biais alarmiste aux résultats. De plus, nous considérons que si un débat devait avoir lieu, celui-ci devrait se concentrer exclusivement sur les effets des téléphones cellulaires sur la santé. Même si les niveaux de puissance impliqués pour ceux-ci sont également faibles, ils constituent, par leur proximité avec le corps, une source d’exposition supérieure à la somme de toutes les autres sources de radiofréquences dans l’environnement urbain.
5. En réponse à V) : Dans le cas particulier des compteurs intelligents, nous sommes tous d’avis qu’un moratoire et une commission publique dominée largement par la question des effets des radiofréquences sur la santé ne feraient rien d’autre que répéter ce qui a déjà été dit ailleurs : c’est-à-dire qu’il n’existe pas de lien clair entre l’exposition aux radiofréquences (en deçà des normes prescrites) et les problèmes de santé quels qu’ils soient . Nous sommes d’autant plus préoccupés qu’un tel moratoire sur les compteurs basé sur des raisons de santé mène, par analogie directe, à un moratoire sur les émetteurs WiFi dans l’environnement urbain. En effet, si nous condamnons les compteurs, il faut aussi logiquement condamner les émetteurs WiFi, les téléphone cellulaires, les téléphones sans-fil de maison, et les fours à micro-ondes, puisque tous ces appareils émettent des radiofréquences à des niveaux d’intensité égaux ou plus élevés que les compteurs. Nous croyons que de telles mesures constitueraient un recul socioéconomique majeur sans aucun bienfait significatif sur la santé ou l’environnement.

Finalement, nous croyons que le débat actuel sur les radiofréquences et la santé humaine a pour effet de masquer les enjeux réels de l’installation de ces compteurs. Ces enjeux sont, à notre avis, de nature économique, politique et technique : 1) prouver hors de tout doute la rentabilité économique du projet pour le Québec, 2) convaincre la population que l’installation de ces nouveaux compteurs ne se traduira pas par une hausse des coûts de l’électricité pour le contribuable, et 3) s’assurer de la qualité, de la durabilité et de la sécurité (informatique) des installations. Nous laissons à d’autres experts le soin de répondre à ces questions qui sortent du domaine strictement scientifique.

En foi de quoi, nous signons cette lettre et nous encourageons nos collègues d’ailleurs dans le monde à reproduire cette initiative chez eux, car le débat dépasse largement les frontières du Québec et du Canada.

Note aux signataires : Prière de déclarer tout conflit d’intérêt avec Hydro-Québec ou l’industrie des télécommunications sans-fil en marquant votre nom d’un astérisque (*). La définition de conflit d’intérêt adoptée pour cette lettre est la suivante :

Est en conflit d’intérêt avec Hydro-Québec ou une entreprise du secteur des télécommunications (ci-appelé : cette industrie), toute personne :
- recevant une rémunération quelconque de cette industrie;
- recevant directement ou indirectement des contrats de recherches, des subventions de recherches ou du soutien technique monnayable de la part de cette industrie;
- agissant, à titre bénévole, à un conseil d’administration ou comme conseiller dans cette industrie.

Sign The Petition

Sign with Facebook sign_with_twitter

If you already have an account please sign in, otherwise register an account for free then sign the petition filling the fields below.
Email and the password will be your account data, you will be able to sign other petitions after logging in.

Privacy in the search engines? You can use a nickname:

Attention, the email address you supply must be valid in order to validate the signature, otherwise it will be deleted.


Who signed this petition saw these petitions too:

Sign The Petition

Sign with Facebook sign_with_twitter

If you already have an account please sign in

65 / 10000

Latest Signatures

browse all the signatures


Gervais ThomasBy:
Technology and the InternetIn:
Petition target:
Scientifiques et ingénieurs du Québec, du Canada et de partout dans le monde


cellulaire, compteur intelligent, compteurs intelligents, health, micro-ondes, radiofréquences, radiofrequencies, santé, smart meters


Invite friends from your address book

Embed Codes

direct link

link for html

link for forum without title

link for forum with title


Handmade with love by Nextone Media

Smooto - Activism - When and How

Notizie.it - Mamme Magazine - Come Quando - Viaggiamo

Driven by Nextone Media